Actualités

15865218894411jpg_news_list

À la une

#restezchez vous #cultivezvous

10 avril 2020

  Le célèbre tableau "la mort de Bara"1784, réalisé par Jacques-Louis David (1748-1825) a été donné à la Fondation Calvet d'Avignon en 1846 par Horace Vernet. Ce chef-d'œuvre est exposé au Musée Calvet.
David peintre exceptionnel a traversé tous les régimes : Royauté, Révolution, Directoire, Empire mais la Restauration le força à partir en Belgique où il est mort.
Ses œuvres sont dans tous les grands musées du monde et son style Néoclassique a succédé au style Rococo du début du 18ème siècle.
En 1793, Robespierre décide "d'inciter par l'exemple les jeunes à l'amour de la Patrie " à travers les héros-enfants : l'avignonnais Viala, tué à 12 ans par les royalistes à Caumont sur Durance et le jeune soldat volontaire Bara, tué à 14 ans par les vendéens près de Cholet. De faits réels il fait une légende à propager par des estampes dans les écoles. Le 27 juillet 1794 (9 thermidor an II), la chute de Robespierre met un terme à ce projet.
David réalise pourtant ce tableau de Bara comme "un appel à la lutte révolutionnaire d'où sortira l'homme régénéré". Le jeune enfant est représenté sans décor, sans vêtements, sans genre affirmé, supportant le poids de l'héroïsme. Il tient dans ses mains la cocarde tricolore et un mot à sa mère qui survit grâce à son aide et sera adoptée par la Convention.
Cette image douce et terrible perdurera longtemps. Marie-Joseph Chénier la magnifiera dans le célèbre hymne : "Le chant du départ". "De Bara, de Viala le sort nous fait envie. Ils sont morts, mais ils ont vaincu qui meurt pour le peuple a vécu."

                                                                                                             B.G.C

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page Facebook :

www.facebook.com/esprit.calvet