La mort de Bara

La mort de Bara. Collections italiotes du Musée Calvet, Avignon. Sous la direction d'Odile Cavalier. La Spezia (Italie), Adam Biro, 2000. 1 vol. broché de 160 pp
_DSC5522_publication

"A l'aube de cette année 1989, celle du deuxième centenaire de la Révolution française, j'ai souhaité qu'Avignon fût une des premières villes françaises à manifester son attachement à la République, au travers de manifestations commémoratives liées à la vie de la Ville, à son identité culturelle.Le caractère original, pointu, attachant du dossier organisé autour du rare tableau de Jacques-Louis David, La Mort de Bara, conservé au Musée Calvet se double donc, pour moi, de la satisfaction de voir être associé au jeune héros de Palaiseau abattu en Vendée un enfant d'Avignon, Agricol Viala, tombé à quatorze ans sous les balles des fédérés, au bord de la Durance, le 8 juillet 1793. Bara, Viala, enfants de la Révolution, incarnèrent l'Idéal de la Terreur : la Liberté ou la Mort. A l'heure où, dans une bonne partie du monde, l'homme ne cesse encore, hélas - l'actualité en témoigne quotidiennement -, d'affronter ce choix cruel, je trouve réconfortant de n'aborder plus ce thème dans nos démocraties, que par le biais de cette étude critique, historique, esthétique et sociale dont je tiens à souligner la haute qualité." (extrait de la préface par Jean-Pierre Roux, Maire d'Avignon, Président de la Fondation Calvet).

Table des matières

  • Préface par Jean-Pierre Roux
  • Bara ou la belle mort, introduction par Marie-Pierre Foissy-Aufrère
  • I. L'enfance héroïque sous la Révolution française, par Michel Vovelle
  • II. - 1. Bara : du martyr à l'éphèbe, par Régis Michel
  • II. - 2. Rêver devant l'antique, un Winckelmann à la main, par Edouard Pommier
  • III. - 1. Bara, de l'imaginaire révolutionnaire à la mémoire nationale, par Jean-Clément Martin
  • III. - 2. Les métamorphoses de Bara dans le souvenir national, par Marie-Pierre Foissy-Aufrère * IV. Corpus des oeuvres et des textes, collectif

Prix Unitaire : 11.50 €