RECHERCHE par mots-clés

tous les termes un des termes phrase exacte
» Recherche avancée
 

RECHERCHE Dons, Legs, Achats, Dépôts et Prêts

 

RECHERCHE Oeuvre, Auteur et Artiste

Btn_send_candidate Btn_print_candidate Bg_link_candidate

Séance du-1850-10-22

Don/Legs/Acquisition: Don
Titre: Mme la Marquise
Donateur: Taulignan, Marquise de
Descriptif: Beau collier de laves du Vésuve, monté en or, d'après un pareil, antique, trouvé à Herculanum.
Qualité de l'objet: Objet ancien, antique
Date: 10 / 1850
  Voir la séance

Transcription

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’extrait
parte in qua
du testament
de M. Clauseau

Séance du 22 octobre 1850

__________
 
Présents : MM. d’Anselme, vice-président, Requien,
Ayme, de Cambis et Athénosy.
M. le Vice-président donne lecture d’une
lettre de M. Barbeirassy, notaire d’Avignon, ainsi
conçue : « A Messieurs les administrateurs du Musée
Calvet, à Avignon.
Messieurs, j’ai l’honneur de vous envoyer,
ci-joint, un extrait du testament de M. Théophile
Clauseau, contenant un legs au Musée.
Veuillez, je vous prie m’en accuser réception
et recevoir l’expression de ma parfaite considération.
Votre très humble serviteur, signé Barbeirassy
Avignon, 2 octobre 1850. »
Suit la tenue des articles du testament de
M. Louis-Théophile Clauseau, intéressant le Musée :
« L’an mil huit cent cinquante et le
Vingt-sept septembre.
Par devant nous Joseph-François Barbeirassy
et notre collègue, notaires à la résidence d’Avignon
soussignés.
A été fait dans nos minutes le dépôt du
testament olographe de M. Louis-Théophile Clauseau,
ancien négociant, qui demeurait à Avignon et est décédé
à Vichy (Allier) le douze septembre courant.
Ce testament portant la date du treize
mai mil huit cent quarante-huit, ouvert et
paraphé ne varietur par M. Curson, juge au
Tribunal civil d’Avignon, faisant fonctions de président,
le vingt et un septembre courant, sera soumis à l’enregistrement
avec le présent acte, et y demeurera annexé pour
rester au nombre de nos minutes, en exécution de
l’ordonnance contenant procès-verbal d’ouverture
et description dudit testament, rendue par mondit Sieur
Président, ledit jour vingt et un septembre courant,
expédition régulière de laquelle, délivrée par M.
le Greffier dudit Tribunal, demeurera aussi annexée
au présent acte, pour du tout être délivré des
expéditions à qui de droit. Dont acte.
Fait à Avignon en l’étude de nous Barbeirassy
et signé par nous dits notaires, après lecture.
Signé : Jeaume notaire – Barbeirassy notaire.
Enregistré à Avignon le premier octobre mil
huit cent cinquante, fol. 30. R.C.2, Reçu deux francs,
décime vingt centimes. Signé Ravoux.
Extrait dudit testament
Je soussigné, Louis-Théophile Clauseau,
ancien négociant, par mon présent testament
olographe, institue pour mon héritier universel
M. Louis-Antoine-Marie Clauseau aîné, mon frère
ou ses descendants, à la charge par lui ou par eux
d’acquitter les dispositions suivantes :
Je lègue 1° [ ] 2° [ ]
3° Au Musée Calvet d’Avignon, la somme
de six mille francs, l’intérêt de cette somme
placée en rentes sur l’état, en biens fonds ou de toute
autre manière sûre, fera article de recette au Budget
de l’Établissement et sera employé à l’accroissement
de ses collections.
4° Suivent d’autres legs.
Je lègue le surplus de mes biens mobiliers et
immobiliers, à mon bien-aimé frère Louis- Antoine-Marie
Clauseau ou à ses descendants.
Je charge mon dit héritier universel ou
ses descendants d’acquitter les legs ci-dessus, ainsi
que tous les droits de succession et d’enregistrement
auxquels ils donneront lieu, de manière que mes autres légataires reçoivent intégralement les sommes que je leur lègue.
Telles sont mes volontés que j’ai écrites, datées
et signées à Avignon, le treize mai mil huit cent
quarante-huit. Signé : Th. Clauseau. »
Ne varietur, à Avignon, le vingt et un septembre
mil huit cent cinquante. Pour le président en
congé, le juge faisant fonctions de président, signé Curson.
Enregistré à Avignon le premier octobre
mil huit cent cinquante, fol. 160 v. C. 6, 7, 8, 9
reçu cinq francs et cinquante centimes pour
décime. Signé : Ravoux.
Extrait parte in qua délivré à
l’administration du Musée Calvet
Signé : Barbeirassy notaire.
L’administration considérant les avantages
qui résulteront pour le Musée Calvet de cette donation
qui intéresse les Beaux-Arts et les progrès des
sciences, délibère d’accepter ledit legs avec
reconnaissance et arrête que copie de cette délibération
à double exemplaire, sera adressée à M. le Maire
avec l’adhésion à la délivrance du legs, par M. Clauseau
aîné, frère et héritier du défunt et l’extrait mortuaire
de ce bienfaiteur, ainsi que la déclaration du receveur
du Musée, avec prière de remettre le tout à M.
le Préfet, pour obtenir l’autorisation nécessaire
d’accepter ledit legs, conformément à l’article 910
du Code civil.
Un membre expose à l’administration que les galeries
étant pavées en briques et n’étant pas cirées, il en résulte
chaque semaine, lorsqu’on les balaye, une poussière rouge
très forte qui nuit aux tableaux ou se dépose sur les
monuments ; qu’il serait utile de faire disparaître cette poussière
en faisant cirer ces galeries ; que les savoyards qui font
ce travail, demandent, pour mettre en état les galeries
du premier étage, la somme de cent francs
et pour les galeries en mosaïque, celle de cinquante francs ;
que, de plus ils, se chargeront de l’entretien annuel du tout
et viendront chaque semaine balayer et cirer
la totalité de ces pièces.
L’administration reconnaissant l’utilité de cette mesure
délibère d’accorder au Sr Jh Duc la somme de deux
cent francs, pour entretenir propres et cirées les galeries
du premier étage, ainsi que la salle du Moyen-âge
et celle des portraits au rez-de-chaussée, à dater du
premier novembre prochain et qu’il sera accordé au
même la somme de cinquante francs une fois payée, pour
cirer, huiler et préparer convenablement ces mêmes
galeries.
L’administration reconnaissant l’utilité d’avoir
un employé pour soigner le cabinet d’ornithologie,
Considérant que le Sieur Godefroy Lunel, ancien
employé au Cabinet d’histoire naturelle du Musée, actuellement
domicilié à Montpellier, est parfaitement dans ce cas, qu’il
se chargera d’empailler et de monter tout ce que le Musée
a ou recevra.
Qu’il s’oblige à venir au moins deux fois
l’an pour vérifier et assainir la collection d’animaux
et qu’il se contente pour cela de la modeste rétribution
de 200 francs, payable par semestre.
Délibère de lui accorder la somme de deux
cent francs, payable en deux fois, au printemps et en
automne.
Un membre expose qu’il serait plus convenable
d’éclairer au gaz la salle de lecture qu’on y verrait plus
clair et qu’on ne risquerait pas de tâcher les livres et
tapis.
L’administration délibère d’écrire à l’administration
municipale en ce cas pour qu’elle prenne les mesures
nécessaires.
L’administration décide aussi d’acquérir du Sieur
Jean Vincent, porteur d’Apt, 1045 k. bois pétrifié à 6 fr.
Les 100 kilos montent à 62,40 fr.
L’administration vote des remerciements à M. le
Comte Édouard de Nogué pour les pierres tumulaires
et autres dont il a fait don au Musée et qui avaient
été trouvées dans sa propriété de Tresque près Bagnols et
délibère d’en payer le port à Louis Bonnet, charretier de
Tresque, à raison de 18 francs par charretée et autres frais,
s’il y a lieu.
L’administration délibère de remercier Madame la
Marquise de Taulignan du don qu’elle a fait au Musée, d’un
beau collier de laves du Vésuve, monté en or, d’après un
pareil, antique, trouvé à Herculanum.
L’administration délibère aussi de payer les
sommes suivantes :
M. Louis Bonnet de Tresque pour charroi de pierres 
65,20 f.
à M. Escudie pour médailles
159,00 f.
à M. Requien, pour divers objets acquis
140,00 f.
à M. Binon id. id. id.
143,75 f.
à M. Magne pour médailles
56,00 f.
à Jean Colombe qui a battu les livres pendant
les vacances, 28 journées à 2 fr.
 
56,00 f.
à M. Neulat pour acquisition de livres
72,50 f.
à Gabalda pour une caisse en plomb
30,00 f.
et à Michel, teinturier
15,00 f.
 
 [signé] : Requien, Athénosy, de Cambis, d’Anselme, Ayme

 

 
« Précédent Suivant »