13328326088939jpg

RECHERCHE par mots-clés

tous les termes un des termes phrase exacte
» Recherche avancée

Les oeuvres sociales de la Fondation Calvet

La Fondation Calvet alloue des legs en application des dispositions testamentaires d’Esprit Calvet mais aussi d’autres donateurs.


13327754724537png_small

Legs Esprit Calvet : Doyen(ne) avignonnais(e)


Dans le testament olographe d’Esprit  Calvet du 10 janvier 1810, il est inscrit : « Pension de 60 Fr. par mois à la personne la plus âgée. Je lègue et laisse à la personne de l’un ou de l’autre sexe, qui se trouvera la plus âgée lors de ma mort, née dans cette ville d’Avignon, y demeurant, une pension viagère de soixante livres par mois, payable tous les mois d’avance, voulant qu’à la mort du premier pourvu ou pourvue, la même pension continue d’être payée chaque mois à celui ou à celle qui lui succédera immédiatement dans l’ordre de l’âge, suivant les titres justifiés par les registres de naissances, et ainsi l’un après l’autre à perpétuité, sans avoir égard à la condition, à l’état ni à la fortune. Et afin que les prétendants ou leurs ayants-cause soient informés de cette institution, et puissent faire les recherches nécessaires pour rendre incontestables leurs titres, ce qui est d’autant plus important, que, la place une fois manquée, il ne sera plus permis d’y revenir tant que vivra le pourvu ; cet article du présent testament sera publié et affiché, non seulement après mon décès, mais encore à chaque mutation de légataire, sans me nommer. »


Chaque année, la Fondation Calvet contacte le bureau d'Etat Civil de la ville d'Avignon afin de connaitre le ou la doyen(ne) avignonnais(e). Le legs lui est reversé par  virement bancaire et une rencontre est généralement organisée avec les membres de la Fondation et le ou la doyen(ne). Un article de presse est également publié (voir lien ci-dessous).

Liens vers les articles sur legs doyenne 2009.2010,2011 , 2012, 2014, 2015
Liens vers les articles de presse téléchargement PDF 2010 , 2011, 2014, 2016 , 2016

13327755393856png_small

Legs Esprit Calvet : Concours de dessins jeunes avignonnais


Dans le testament olographe d’Esprit Calvet du 10 janvier 1810, il est inscrit : « Legs biennal d’un prix de 100 Fr. Je lègue et laisse un prix de cent livres, de deux en deux ans, à l’un de nos jeunes gens, âgé de moins de vingt-quatre ans, qui aura fait le meilleur dessin au crayon, bien décidé de sa main, soit de sa composition, soit d’après un bon original, où les mœurs soient rigoureusement respectées : on placera des affiches à chaque premier jour de l’an, toujours sans désigner personne. »


Le concours de dessins
est annoncé sur les sites internet de la Fondation Calvet, dans certains établissements scolaires de la ville et du Grand Avignon et dans la presse locale. L'inscription a généralement lieu en début d'année et la remise des prix en décembre. 

Liens vers les articles sur les concours de dessins 2009, 2011, 2013, 2015
Liens vers les articles de presse téléchargement PDF 2011 , 2015

Legs Esprit Calvet et donation Guérin : couvertures aux familles pauvres


Ce legs consistait à distribuer des couvertures aux familles pauvres pendant vingt ans après sa mort  « Je lègue et laisse deux couvertures de lit, neuves, de grosse laine, qui seront données tous les ans, la veille de la Toussaint, pour autant de lits à deux places, à deux pauvres familles, toujours différentes, qui en manqueront. Cette charité cessera dans vingt ans, à compter du jour de ma mort. »
Ce legs est devenu perpétuel conformément à la demande de M. Guerin lorsqu’il a enrichi les collections de la Fondation.
Le Conseil d’Administration à décidé en mars 2012 de donner tous les ans deux couvertures de survie à une association caritative.

Depuis 2013, deux duvets sont remis annuellement à la Délégation locale de la Croix Rouge à Avignon.

Autres legs : Famille Jouve, Guérin …


La Fondation Calvet alloue également des legs en application des dispositions testamentaires de la famille Jouve.

Ainsi, il existe les legs Auguste Jouve qui consistent à remettre :

  • Une somme d’argent à la Société Hippique de Cavaillon (annuellement).
  • Le montant des loyers des jardins ouvriers de Cavaillon à la Ligue Famille Nombreuses de Cavaillon (annuellement).
  • Une somme d’argent au « Denier du Culte Catholique » (tous les trois ans).

Le legs Suzanne et Auguste Jouve qui consiste à remettre une somme d’argent l'élève le plus méritant de deux établissements sur Cavaillon.
Extrait du codicille du cinq novembre 1932 d’Auguste Jouve « Mon héritier le MUSEE CALVET, et avant mon héritière de l’usufruit devront six mois après mon décès donner annuellement aux sociétés et œuvres ci-après désignées les subventions suivantes (…). A l’Ecole Communale de Fille, la somme de cent francs. A l’Ecole libre de garçons St. Charles, la somme de cents francs.  Ces deux sommes sont laissées à ces établissements pour former un prix destiné à l’élève qui aura donné le plus de satisfaction pendant l’année scolaire.
Ils seront donnés sous forme de livret de la Caisse d’Epargne. Celui des filles devra porter le nom de « Suzanne Jouve » en souvenir de ma fille. Celui des Garçons portera le nom de « Prix Auguste Jouve ».

« Ces « subventions (…) sont faites pour prouver mon attachement aux idées libérales, lesquelles exigent que les parents aient le droit de choisir les éducateurs de leurs enfants – Cavaillon le dix mars 1934 (dix-neuf cent trente-quatre. (Signé) A. jouve) ».


« Il y a aussi le legs Guérin-Calvet, qui consiste à remettre annuellement une somme d’argent  à l’Association Notre dame des Doms (anciennement Les Petites Sœurs des Pauvres).