Actualités

16164922939822jpg_news_list

Actualités

#cultivezvous

23 mars 2021

Réalisé sur un volet en noyer, appartenant à un polyptique consacré à la vie de la Vierge-Marie, cette œuvre a été achetée en 1836 par la Fondation Calvet d’Avignon. Elle est exposée au Musée du Petit Palais et son pendant au Musée du Louvre.

   Josse Lieferinxe est originaire de Cambrai, territoire sous domination des Ducs de Bourgogne. Artiste de l’Ecole d’Avignon, un des courants majeurs de la peinture médiévale, il a été attiré en 1493 par la prospérité d’Avignon où il épouse en 1503 la fille du maître de la peinture d’alors, Jean Changenet.

    Les peintres de cette époque traitent le plus souvent des sujets religieux. Lieferinxe présente avec virtuosité une figure de saint en lien avec un épisode de la vie de Marie.

     Selon la lutte entre Dieu et Satan décrite dans le Nouveau Testament, Apocalypse de Saint Jean, « Marie, enveloppée par le soleil, soutenue par la lune et couronnée de douze étoiles, met au monde l’enfant Jésus. Un dragon avec dix cornes et sept têtes s’apprête à le dévorer. L’Archange Michel combat, avec ses anges, celui qui veut prendre la place de Dieu : le serpent primitif qui n’est autre que le Diable ».

      Sur un fond de brocard, le tableau est réalisé avec une palette éclatante réhaussée de blanc, des volumes tranchés par la lumière issue du goût méditerranéen et un réalisme importé des Flandres. Le drapé du manteau est ample et les visages expressifs.


      Satan, monstre avec bec, griffes et cornes tient une masse d’armes à pointes. Saint Michel, en armure ornée d’une croix rouge, l’écrase et le menace de son épée, il tient la balance de la « pesée des âmes » au moment du Jugement dernier, symbole de la supériorité de la vertu sur le vice. L’oriflamme est surmontée par la croix du Christ vainqueur et, avec lui, le Bien.


                                                  Bernard Gamel-Cazalis

 

suivez-nous sur facebook ou instagram : Fondation Calvet