RECHERCHE par mots-clés

tous les termes un des termes phrase exacte
» Recherche avancée
 

RECHERCHE Dons, Legs, Achats, Dépôts et Prêts

Séance administrative du 27 juillet 1861

Btn_send_candidate Btn_print_candidate Bg_link_candidate
 
 

Séance administrative

du 27 juillet 1861

__________
 
Procès-verbal
 
Présidence de M. Sardon, exécuteur testamentaire.
Présents : MM. Sardon, Chaudon, Courtet, de
Millaudon, Perrot.
Lecture et adoption du procès-verbal de la précédente
séance.
Après avoir pris connaissance des dons faits au
Musée, la Commission administrative accorde des
remerciements aux donateurs ci-après désignés :
M. Arm. P. Alf. Blanc-Montbrun, au château de
la Rolière près Livron, pour son extrait de la notice
historique concernant le vignoble de la Rolière, autrement
dit clos de la Rolière, etc. par Arm. P. Alf. Blanc-Montbrun,
Vienne, Jh Timon, 1860, in-8°, de 21 pages ;
M. Hip. Duboy, avocat à la Cour de cassation à Paris,
pour son Mémoire : Recours pour M. A. Versigny, …
contre un arrêté du Conseil de Préfecture de la haute
Saône, etc. Mémoire de 27 pages, in-4°, signé H.
Duboy, 1861 ;
M. Herbert, professeur au lycée d’Avignon, Le
Banquet de Platon, trad. par Racine et Mme de
Mortemart, abbesse de Fontevrault, Paris, 1732, in-12° ;
M. le général comte Roguet pour son Projet d’histoire
universelle, etc. par le Baron Ernest Roguet, député
de la Gironde, Paris, 1861, in-8° ;
Les acquisitions suivantes sont approuvées :
Neuf petits bronze du bas empire, et une pièce en argent
de Raymond, comte de Tripoli. Prix total :
Une urne cinéraire, en verre vert glauque, avec un
couvercle en verre violet foncé et un petit ornement en bronze trouvé parmi les ossements que contient l’urne.
Un tableau sur toile, peint par M. Chautard, d’Avignon,
représentant le Denier de la Veuve. Prix
Plus pour frais de transport
Une matrice de sceau en cuivre du XVe siècle. Prix :
Une obole tournois de Charles IV dit le Bel
Un grand bronze de Tibère. Prix :

       5,00 fr.


     60,00 f.

1 200,00 f.
     29,20 f.
       0,50 f.
       0,25 f.
       0,30 f.
Un membre rappelle que dans sa séance du
27 avril dernier, l’Administration du Musée Calvet
avait délibéré de demander l’autorisation d’acquérir de
M. Reynier une terre labourable d’environ un hectare
61 ares 32 centiares, sise sur le territoire d’Avignon,
section P. N° 238, clos de St-Pierre de Fraïsse, au
prix de 425 francs les 8 ares 54 au 49,77 f. l’are,
ce qui avec les frais d’acte et de courtage élèverait
le prix total de ladite terre à environ neuf mille
francs dans lesquels l’Administration du Musée
Calvet se proposait de faire entrer les deux mille
francs qu’elle doit retirer du legs fait par M.
de Cambis.
Le Conseil municipal à qui ce projet a été
soumis, a dans sa séance du 15 mai dernier émis
l’avis que l’Administration du Musée Calvet
n’affectat à l’achat d’immeubles ruraux qu’une
somme de cinq mille cent cinquante francs 74,
y compris le montant du legs Cambis, le surplus
représentant ce qui était resté non employé des fonds
provenus du prix de terrains cédés au Chemin de fer.
2°/ Que les fonds que l’Administration du Musée Calvet
pourrait avoir de disponibles en sus de ces 5 150,74 f. serait
employés à l’achat d’objets d’art.
En conséquence de cet avis, M. le Préfet n’a pas cru
devoir ouvrir d’enquête préalable à l’autorisation d’acquérir
ladite terre.
L’Administration du Musée soumet au Conseil
municipal les observations suivantes :
Le testament de M. Calvet veut que l’argent
comptant de reste après les dépenses nécessaires, soit
placé en terres, surtout près de la ville.
Au 27 avril dernier, ainsi qu’il conste du procès-verbal
de la séance de ce jour, l’Administration du
Musée avait en obligations du Mont-de-piété la somme
de douze mille francs sur laquelle elle comptait employer
au prix d’objets d’art et pour les besoins du
service la somme de cinq mille francs, les sept mille
francs en sus et les deux mille francs du legs Cambis
étaient réservés à l’achat de la terre Reynier.
L’Administration du Musée ne refuse pas
d’acheter les objets d’art, de science ou de littérature
qu’elle peut se procurer et qui méritent une place
dans ses collections.
Depuis moins d’un an, elle a affecté plus
de sept mille francs à l’achat d’objets de cette nature
parmi lesquels figurent :
le tableau du Denier de la Veuve par Chautard, élève d’Ary Scheffer pour environ 1 250 francs y compris les frais de transport, ci
Comptes de livres de MM. Allouard, Schering et
Vallardi
Compte Détaille
Mosaïque de Vaison, restauration, pose et grille environ
Divers autres objets d’art, urne, médailles, etc.
8 bancs pour le jardin du Musée, rue Calade


1 250 f.

2 400 f.
200 f.
3 000 f.
500 f.
224 f.
Si l’Administration n’a pas acheté d’autres objets
c’est qu’elle n’a pas eu d’occasion favorable, mais elle
n’en laissera échapper aucune, pour ajouter à ses collections
des objets d’art qui en augmentent l’étendue et surtout
l’intérêt.
Quant aux immeubles ruraux, il est impossible d’en
trouver dont le prix soit juste ou à peu près de la somme
fixée par le Conseil municipal et dont le produit soit
aussi avantageux que celui de la terre Reynier. Il n’en
est pas d’un champ comme d’une pièce d’étoffe que
le marchand détaille au gré de l’acheteur.
L’Administration du Musée espère que le Conseil
municipal se rendra à ces raisons et qu’il émettra un
avis favorable à l’achat par le Musée de la terre Reynier.
En conséquence, le dossier de cette affaire accompagné
d’un extrait du présent procès-verbal sera de nouveau
adressé à M. le Maire, avec prière de poursuivre l’autorisation
nécessaire pour que la délibération prise par
l’Administration du Musée Calvet le 27 avril dernier
sorte son plein et entier effet.
La Commission est d’avis d’acquérir les Mémoires
de la société des antiquaires ainsi que trois vues d’Avignon,
chez M. Détaille à Paris.
Elle ajourne diverses propositions d’acquisitions concernant
un tableau sur toile du XVIIe siècle, sans attribution
certaine, le Dictionnaire des contemporains, par Vapereau,
le Recueil de Dalloz et l’édition complète des œuvres
de Lamartine patronnée par le Ministre d’Etat.
Elle est d’avis de ne pas donner suite pour le
moment à la demande de deux tableaux faite par
la Fabrique de l’église paroissiale de St-Symphorien.
Elle ordonne le payement du compte des reliures
faites par Armand et celui d’Allouard, s’élevant à la
somme de 1 329,60 f. ainsi que celui de Vallardi dont
le montant est de 364 francs.
La Commission prend connaissance d’une lettre
de M. Verreaux, de Paris, offrant de communiquer
des médailles dont il propose l’acquisition au Musée.
Il sera donné suite à cette proposition s’il y a lieu,
après l’examen des médailles.
Il est donné lecture d’une lettre de M. Escoffier
à M. le Conservateur, relative à une nouvelle
proposition faite par M. de Saint-Simon et M.
Roumeguère, de Toulouse, pour la rédaction
d’un Catalogue des coquilles de la Corse, qu’ils
auraient commencé en commun. La Commission
est d’avis d’accepter cette proposition collective, à
condition que ces deux naturalistes fixeront un terme
à l’achèvement de leur travail.
Il sera demandé de nouveaux renseignements à M.
Damase-Arbaud au sujet de la grande statue
découverte à Vachères et, si c’est possible, un
croquis de ce monument.
 
[signé] : de Millaudon, Perrot, d’Athénosy, Sardon, Courtet