Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir
Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir
Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir
/sites/default/files/images_oeuvres/2023-10/dsc2462.jpg
Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir
/sites/default/files/images_oeuvres/2023-10/dsc2465.jpg
Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir
Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir

Inscription mentionnant le cursus de Lucius Julius, quattuorvir

Mise au jour en remploi dans le soubassement de l'arc, 1878 

Découvert en 1878, lors du déplacement de l'arc, au sud de la cathédrale, à son emplacement actuel place du Clos, bloc, avec encadrement, brisé à l'angle supérieur gauche. Le texte, très mutilé, se développe sur quatre lignes dans la partie supérieure du socle. 
Cette inscription appelle au moins, et rapidement, cinq commentaires distincts : 
- L'emplacement de la découverte (en fondation de I'arc) suffit à démontrer que celui-ci n'était pas dans sa position originelle. Il serait invraisemblable qu'un édifice daté par son décor de la première décennie de notre ère, soit bâti sur un bloc inscrit au mieux quelques années avant son érection. 
- Le personnage, citoyen romain, est affilié à la tribu des Voltinia. 
- Il s'agit de l'un des quatre édiles de la cité, charge accessible dans une ville de droit latin, et donc antérieure, mais nos sources sont lacunaires, au début du lle siècle (voyage d'Hadrien, vers 122), et au plus tard aux édits de Caracalla (222 ap. J.-C.). Par la suite, I'administration municipale se doit d'être assurée par deux magistrats. 
- Il s'agit d'un socle, une base, et non pas d'une épitaphe comme l'on a peut-être systématiquement tendance à l'identifier, dès que les mérites, le cursus, le parcours d'un personnage sont rappelés. Cette hypothèse suppose, sur la place publique, l'érection de dés supportant parfois des statues, dont les textes sont formulés de façon très proches, mais qui n'ont comme vocation que de rappeler les mérites du personnage figuré qu'ils honorent. 
- L'abréviation du nom, réduit aux trois premières lettres BUR, a inspiré des restitutions comme Burrhus, qu'il convient (même par déférence au précepteur vaisonnais de Néron) de ne pas retenir. L(ucio) lulio D(ecimi) f(ilio) Vol(tinia tribu) Bur[don]i ? llvir(o) Capil[- - -]s [- - -Jento, sodali.

Présentation de l'œuvre

Année de fouille

1878

Datation de la découverte

I er s. ap. J.-C.

Siècle
Ier siècle ap J-C

Caractéristiques

Matières

Calcaire gris crétacé 

Haut. 102 cm, larg. 68 cm, épai. 52 cm
 

Inscriptions

«À Lucius Julius Burdo (?), fils de D(ecimus), de la tribu Voltinia, quattuorvir, Capilus ? ...ento ? a élevé ce monument à son confrère. »

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

Inv. 85.D45.196 Dépôt du Musée Calvet 
(Fondation Calvet, Avignon, inv. El.55)

Musée d'accueil
Musée Archéologique de l’Hôtel Dieu

Bibliographie et expositions

Bibliographie

Aux origines de Cavaillon archéologie d'une ville antique de Cavaillon
Conservation des musées et du patrimoine
Contributions de Vaucluse, Service d'archéologie
Musées et patrimoine de Cavaillon
 

À découvrir aussi

.

Epitaphe gallo-grecque

.

Autel de vaugines

.

Fragment de l'épitaphe de Attius Tertullus

.

Fragment d'inscription dédiée par les Cavaillonais à l'empereur Macrin et à son fils Diaduménien