/sites/default/files/images_oeuvres/2023-04/998174-mignard-n-louis-xiv-en-armure.jpg

Portrait de Louis XIV en armure

Nicolas MIGNARD

XVIIe siècle 

Portrait de Louis XIV réalisé par Nicolas Mignard dans la seconde moitié du XVIIe siècle

Louis XIV (1638-1715, régnant depuis l643) avait vingt quatre ans quand fut publiée l'estampe de Nicolas de Poilly reproduisant son portrait par Nicolas Mignard. La légende de la gravure, Ense Prius Martis, Themidis nunc ense (« Fort d'abord par le glaive de Mars et aujourd'hui par celui de Thémis ») a la valeur d'une promesse : celle de la réforme de l'État qui a débuté avec la disgrâce de Fouquet en l661, suivie de l'institution d'une chambre de justice chargée d'examiner et le cas échéant de punir les abus des financiers. C'est le début du règne personnel, après une longue période de guerres civiles (la Fronde, terminée depuis 1653) et extérieures (paix avec l'Espagne au traité des Pyrénées en l659). Nicolas Mignard eut l'occasion de se faire connaître de Louis XIV pendant son séjour à Avignon en 1660. À la fin de l'année il était appelé à Paris. Dès l'année sa suivante, il mentionne dans correspondance un portrait du roi qui a été vivement apprécié au point que celui-ci en demande déjà un autre et que quatre graveurs l'ont déjà reproduit : François et Nicolas de Poilly, Robert Nanteuil et Pieter van Schuppen. Il a été copié en émail par Jean Petitot et par de nombreux peintres en miniature (Marcel, 1931, et Boyer, 2000). Mignard lui-même dit en avoir fait des copies dont une à l'intention de son ami et client avignonnais, Pierre François de Tonduti de Avignon de Saint-Légier 1979. Il n'est guère possible de savoir à laquelle de ces versions correspond la peinture donnée par Marcel Puech. Le visage est exacternent le même que dans la gravure de Nicolas de Poilly, seulement tourné dans l'autre sens. En revanche le tableau représente Louis XIV dans un attirail guerrier, bâton de commandement à la main et un superbe casque à plumes rouges posé devant lui alors qu'il porte dans la gravure un manteau doublé d'hermine. Il est probable que la même tête ait été utilisée plusieurs fois et placée dans des contextes différents. La partie déconcertante du tableau d'Avignon, par ailleurs d'une très belle qualité dans I'exécution, est le paysage maritime de l'arrière-plan, d'autant plus qu'on n'y décèle aucune allusion guerrière. Il semble indéniable que la peinture est de la main de Nicolas Mignard mais, comme rien ne garantit qu'elle provienne d'une collection méridionale, il serait risqué d'y voir l'exemplaire autrefois envoyé à Pierre de Tonduti.

Georges Brunel 

Présentation de l'œuvre

Artiste
Nicolas MIGNARD
Date

XVIIe siècle 

Siècle
XVIIe siècle

Caractéristiques

Matières

Huile sur toile 

Dimensions: 127.5 x 96cm

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

998.1.74

Musée d'accueil
Musée Calvet
Provenance

Donation Puech en 1998 à la Fondation Calvet

Date entrée

Bibliographie et expositions

Bibliographie

La peinture française du XVIème au XVIIIème siècle 
Par Georges Brunel, édition Silvana Editoriale, Milano, 2015.

À découvrir aussi

.

Nature morte aux coquillages

Guiseppe RECCO
.

Le Songe de Jacob

Nicolas Dipre
Vers 1500
.

La Vierge adorant l'enfant

Antoniazzo Romano
Vers 1480
.

Résurrection du Christ

Johann KOERBECKE
(1456-1457)