Portrait de marie-Thérèse d'Autriche, reine de France
Portrait de marie-Thérèse d'Autriche, reine de France
/sites/default/files/images_oeuvres/2024-01/portrait-de-marie-therese-dautriche-reine-de-france-charles-et-henri-beaubrun-inv-22829.jpg

Portrait de Marie Thérèse d’Autriche, Reine de France

BEAUBRUN

Charles et Henri BEAUBRUN, Beaubrun est le nom porté par une lignée nombreuse de peintres originaires d'Amboise et actifs aux XVIe et XVIIe siècles. Les deux principaux sont Charles et Henri sont cousins, étaient établis à Paris. Ils vivaient dans la même maison et ils travaillaient ensemble, de sorte qu'il est vain de tenter une distinction entre les deux mains. Martin Lambert, leur élève, les a représentés devant un chevalet où est ébauché un portrait de la reine Marie-Thérèse, I ‘un tenant les pinceaux et la palette, l'autre désignant un endroit de la toile (1675, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon). Cet atelier familial semble n'avoir produit que des portraits et plus particulièrement des portraits de dames de la cour. Beaucoup de ces peintures ont été gravées, ce qui permet de reconnaître les compositions, mais pas de distinguer les originaux des répétitions et des copies, car il y avait dans l'atelier Beaubrun des élèves et des collaborateurs qui multipliaient les répliques.

L'œuvre dérive d'un portrait peint par Charles et Henri Beaubrun et gravé par Nicolas Pitau. A cette estampe correspondent plusieurs peintures dont aucune ne peut être réputée l'original d'une manière incontestable. Par ailleurs le même visage se retrouve dans d'autres portraits, dont une princesse de Monaco et une marquise de Cheverny. La peinture d'Avignon reproduit d'une façon maladroite, mais avec exactitude, le visage de l'exemplaire de Versailles, jusque dans le détail des boucles de cheveux qui tombent sur le front et de la grosse perle attachée à l'oreille. En revanche la robe est différente et la main gauche se pose sur le cœur au lieu de se détacher en avant de la poitrine. Cette main, d'un dessin torturé, s'attache au poignet par une courbe étrange. La qualité de la peinture est faible et ne permet pas de parler d'une copie d'atelier. C'est plutôt une copie arrangée qu’il faut imputer à un imitateur des Beaubrun.

Présentation de l'œuvre

Artiste
BEAUBRUN
Siècle
XVIIe siècle

Caractéristiques

Matières

H : 0.745
L : 0.570

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

22829

Musée d'accueil
Musée Calvet
Provenance

Achat de la Fondation Calvet en 1975 

Bibliographie et expositions

Bibliographie

BRUNEL Georges, La Peinture Française du XVIe au XVIIIe siècle, 
 

Silviana Editoriale, Milan, 2015

À découvrir aussi

.

L'enlèvement de Déjanire

Etienne PARROCEL
.

Portrait de marie Ursule de Monteil de Larnage, Marquise de Cheylus

François Louis BROSSARD DE BEAULIEU
1787
.

Apollon et Daphné

Pierre II, dit le Chevalier MIGNARD
1625
.

Portrait de Thomas Palmer, en trompe-l’œil

Louis-Léopold BOILLY