/sites/default/files/images_oeuvres/2023-03/89123633.jpg

La Liseuse

Jean RAOUX

Jean RAOUX (1677-1734) né et formé à Montpellier, est entré tout de suite au contact de la peinture flamande par son maître, Antoine Ranc (1634-1716). À Paris, il fut l'élève de Bon Boullogne et se fit une spécialité des figures de femmes vues à mi-corps dans des habits de convention, légères apparitions issues d'un monde de fantaisie plutôt que scènes de genre.

 

La Liseuse donnée par Marcel Puech à la Fondation Calvet est l'un des trois exemplaires de cette composition que l'on considère aujourd’hui comme autographes. Ce tableau est forcément antérieur de quelques années au « Silence » (1728) puisque celui qui l'a gravé est mort en 1723. 
A la différence du « Silence » la « Liseuse » met le spectateur en contact direct avec le personnage représenté, sans interposer entre eux l'écran d'une fenêtre. L'effet produit par l'éclairage dont la source se dérobe est exploité avec habileté : alors que le visage baigne à demi dans la pénombre et que les paupières baissées de la jeune femme indiquent seulement la direction de son regard, la lumière tombe sur la feuille blanche de manière à attirer l'oeil du spectateur vers le même point. Une complicité se noue ainsi entre celui qui contemple la peinture et le modèle qu'elle représen

D'après Georges BRUNEL

Présentation de l'œuvre

Artiste
Jean RAOUX
Siècle
XVIIIe siècle

Caractéristiques

Matières

Huile sur toile

H : 1.26 L: 0.93

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

23633

Musée d'accueil
Musée Calvet
Provenance

Collection Marcel Puech. 
Don à la Fondation Calvet en 1986.

Bibliographie et expositions

Bibliographie

La peinture française du XVIème au XVIIIème siècle. 
Catalogue raisonné du Musée Calvet 
Edition Silvana Editoriale 2015

À découvrir aussi

.

L'Incrédulité de saint Thomas

Ecole Espagnole
1° moitié du XVIIe siècle
.

Autoportrait Pierre PIQUET

Pierre PIQUET
Vers 1860
.

Saint Jérôme soutenu par deux anges

Rutilio MANETTI
(vers 1628)
.

Une fête de l'agriculture

Pierre RASPAY
entre 1800 et 1806