/sites/default/files/images_oeuvres/2024-01/23.jpg

Le Christ en croix

Philippe de CHAMPAIGNE

En 1995, Marie-Pierre Aufrère (1995) a enregistré la peinture sous la rubrique « atelier de Philippe de Champaigne >, sans la reproduire. 
Le tableau Puech n'a donc été étudié que depuis peu de temps. 

Philippe de Champaigne a peint plusieurs fois le Christ sur la croix. Les deux versions les plus célèbres sont celle dont il fit cadeau en 1674 aux chartreux de Paris et qui est aujourd'hui au Louvre, et celle qu'il exécuta en 1655 pour la maison-mère des chartreux, à présent au musée de Grenoble. 
Le thème prend deux formes, selon que le Christ est représenté sur le point de mourir, la tête levée vers le ciel, ou déjà mort, la tête inclinée sur la poitrine. Dans le tableau d'Avignon, la tête du Christ retombe sur sa poitrine, ce qui le rapproche de celui de Grenoble ; en revanche ses pieds sont maintenus par deux clous qui ne s'enfoncent pas directement dans la croix mais dans une tablette, comme dans le tableau du Louvre. 
Le paysage de l'arrière-plan est plongé dans la nuit, conformément aux trois évangiles, Matthieu, Marc et Luc, qui racontent la scène en termes à peu près identiques. Seul l'évangile de Jean omet cette circonstance, mais cest lui qui rapporte le détail de la tête baissée : « [..] et inclinant la tête il rendit l'esprit » (XIX, 30). C'est précisément cette phrase de saint Jean qui figure au bas d'un Christ en croix de Jean Morin qui correspond de près au tableau d'Avignon (Lille-Genève, 2007-2008, repr. p. 250). La gravure est nécessairement antérieure à 1650, date de la mort de Morin. 
Plusieurs détails diffèrent de la peinture, mais l'essentiel s'y retrouve : la tête inclinée, les quatre clous, les mains étendues sans le geste de la bénédiction, Un autre Christ en croix de Morin correspond de près à la version du Louvre. On relève dans les deux certains traits du tableau Puech. Sa facture n'a pas l'autorité de Philippe de Champaigne mais il vient à coup sûr de son atelier. Hélène Meyer (ibidem) fait remarquer que beaucoup de particuliers ont commandé au milieu du XVIIème siècle des tableaux de piété pour leurs oratoires privés et que l'atelier de Champaigne en était l'un des principaux fournisseurs

Présentation de l'œuvre

Artiste
Philippe de CHAMPAIGNE

Caractéristiques

Matières

H : 0.910 L : 0.755

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

23599

Musée d'accueil
Musée Calvet
Provenance

Don Marcel Puech à la Fondation Calvet

Bibliographie et expositions

Bibliographie

À découvrir aussi

.

Monsieur de Montpezat sur son lit de mort

Jean COUSTON
1789
.

Apparition du Christ à Madeleine (Noli me tangere)

Joseph-François PARROCEL
.

Marché à Saint-Pierre de la Martinique

LE MASURIER
.

Passage d'un troupeau devant le Colisée et l'Arc de Constantin à Rome

Hubert ROBERT
1770