/sites/default/files/images_oeuvres/2023-03/98923074.jpg

Maternité

Albert GLEIZES

Albert Gleizes, un des théoriciens du "Cubisme" qui a évolué en permanence jusqu'à son décès à Avignon en 1953.
Ce tableau "Maternité " a été donnée 1977 à la Fondation Calvet d'Avignon avec cinq autres œuvres par l'épouse de l'auteur Juliette Roche, artiste peintre. Il est exposé au musée Calvet.
Braque en 1906 avec les "Maisons de l'Estaque" et Picasso en 1907 avec "Les Demoiselles d'Avignon", influencés par Cézanne conceptualisent un nouvel ordre pictural qui s'impose en 1910 : "le Cubisme analytique". Sacrifiant la lumière des Impressionnistes à la forme simplifiée, l'art devient intellectuel et mathématique. Les couleurs sont atténuées, la perspective est désavouée au profit du plan et de la multiplication des angles de vision du sujet représenté.
Après 1912, le Cubisme devient "Synthétique ", l'objet est recomposé dans un mouvement et la couleur vive revient. Léger, Delaunay, Metzinger et Gleizes cubistes de la première heure, s'en émancipent à partir de 1918 en réalisant des variantes personnelles.
Albert Gleizes (1881-1953) a écrit le livre :"Du Cubisme "en 1912, il évolue, pour sa part, vers des compositions allusives avec de larges aplats de couleurs et des rotations de plans. C'est ce qu'il fait dans ce tableau de l'entre-deux-guerres "Maternité " 1934.Des cercles aux tons opposés encadrent la mère et l'enfant dans une géométrie plane omniprésente qui n'empêche pas de ressentir le mouvement. Pour Gleizes, » l’artiste doit rompre avec la perspective issue de la Renaissance et revenir à l’Art Roman ».

Bernard Gamel-Cazalis

Présentation de l'œuvre

Artiste
Albert GLEIZES
Siècle
XXe siècle

Caractéristiques

Matières

Huile sur toile

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

23074

Musée d'accueil
Musée Calvet

À découvrir aussi

.

Esther et Assuérus

Giovanni Battista CRESPI dit CERANO
.

La Présentation du Christ au Temple.

Joseph-Marie VIEN
(1756)
.

Armide s'apprêtant à poursuivre Renaud (?)

Gérard HOET l'Ancien
Vers 1700
.

Portrait présumé d'Isabeau de l'Espine

Nicolas MIGNARD