834.2 - France 17e siècle Laure de Noves (BD) (002).jpg
834.2 - France 17e siècle Laure de Noves (BD) (002).jpg
/sites/default/files/images_oeuvres/2023-08/8342-france-17e-siecle-laure-de-noves-bd-002.jpg

Portrait de Laure de Noves, à la fleur (dit Catherine de Cabassole de Réal)

Anonyme

 Laure de Noves (1308-1348)

Le visage de Pétrarque est connu par des documents remontant à l'époque même du poète. Il n'en va pas de même pour Laure de Noves. L'origine de ce tableau n'est pas connue. Vigne, qui l'a donné en 1834, dont il était administrateur, déclarait le tenir des frères Bruneau, « anciens magistrats » de la ville d'Avignon, lesquels l'avaient eu eux-mêmes de la famille de Sade (Cat. 1836). 

Il pourrait toutefois s'agir d'une autre dame de Sade que la Laure aimée de Pétrarque. C'est le point de vue qui a été défendu en 1880 par Gustave Bayle. S'il s agissait de Laure de Noves, qui a vécu dans la première moitié du XIVe siècle, elle devrait être coiffée du voile que les femmes revêtaient à cette époque. Or la robe est de celles qui se portaient à la fin du XIVe siècle ; le détail caractéristique est la manche avec ses crevés aux articulations et à l'arrière du coude. 

D'autre part que la fleur est un coquelicot, qui se dit en provençal reala ou rouala ; le rébus désignerait Catherine de Cabassole de Réal, petite-fille de Catherine de Sade, le modèle du tableau (cat. n° 261). 

Deux estampes correspondent au tableau d'Avignon, l'une dans le même sens et l'autre inversée. La première porte la signature de Desrochers. 

Une inscription placée dans un cartouche sous le portrait dit : La belle Laure, l'a bien aimé [sic] de Pétrargue elle naquit à Avignon et y mourut en 1314 [sic]  âgée de 31 ans. Le roy François 1er fit l'épigraphe ci-dessous ; une autre inscription en dessous reproduit les vers qu'aurait composés le roi :

"Ô gentille âme étant tant estimée 
Qui te pourra louer qu'en se taisant. 
Car la parole est toujours réprimée, 
Quant le sujet surmonte le disant ". 

L'autre estampe ne porte aucune signature. Elle est seulement accompagnée de l'inscription suivante: Laura Sada Avinionensis Petrarchae musa celebris. D'une exécution plus expéditive et moins précise que la première, elle est certainement plus ancienne. 

Le portrait peint dans le même sens que la gravure de Desrochers, ne présente que peu de variantes qui semblent à mettre sur le compte de la maladresse du peintre. Nous pensons donc que le tableau Calvet recopie la première estampe et que ce n'est pas le portrait d'une dame, Catherine de Cabassole ou une autre, qui aurait été vu comme un portrait de Laure, mais qu'il prétend bien représenter, rétrospectivement, la femme aimée par Pétrarque.

Présentation de l'œuvre

Artiste
Anonyme
Siècle
XVIIe siècle

Caractéristiques

Matières

Huile sur toile

H 0.63 L 0.46

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

834.2

Musée d'accueil
Musée Calvet
Provenance

Don Vigne en 1834 à la Fondation Calvet

Date entrée
Etablissement de dépôt

Dépôt temporaire au Palais du Roure

Ville de l'établissement de dépôt

AVIGNON

Bibliographie et expositions

Bibliographie

La peinture française du XVIème au XVIIIème siècle 
Par Georges Brunel, édition Silvana Editoriale, Milano, 2015.

À découvrir aussi

.

Sainte Conversation

Louis PARROCEL
1670
.

Moïse sauvé des eaux

Etienne PARROCEL
.

Le Christ en croix

Philippe de CHAMPAIGNE
.

Paysage

Etienne ALLEGRAIN
1690-1700