/sites/default/files/images_oeuvres/2024-02/56_0.jpg

Le viol de Lucrèce

Charles François HUTIN

entre 1750 et 1760

On ne connaît pas l'histoire de ce tableau avant son acquisition par Marcel Puech. 

Foissy-Aufrère (1995) a repris  l'attribution à Louis Jean François Lagrenée qu'il portait chez le collectionneur. 

Dans une note manuscrite (documentation son musée), Jacques Foucart le situait "dans le climat Lagrenée-Pierre" il a été aussi donné à Pierre Charles Le Mettay.

Son auteur est en réalité Charles Hutin, comme le prouve l'estampe qu'il a publiée lui-même. (Recueil de différents sujets composés et gravés -Charles Hutin à Dresden, 1763, augmenté les années suivantes).
La gravure n'est pas datée; on peut présumer que le tableau a été peint entre 1750 et 1760.

Le sujet est tiré d'un épisode bien connu de l'histoire romaine qui se place sous le règne de Tarquin le Superbe. 


Le fils de celui-ci, Sextus Taquin, s'est pris de passion pour Lucrèce, la femme de son cousin Tarquin Collatin, laquelle est un modèle de vertu.
Accueilli sans méfiance par la jeune femme dans la maison de Collatin, en l'absence de celui-ci parti pour la guerre, il s'introduit nuitamment dans sa chambre, armé d'un poignard, et lui laisse le choix entre la mort et le déshonneur : si elle lui résiste il tuera un des serviteurs pour faire croire à un adultère domestique.
Lucrèce cède mais, le lendemain ayant fait venir son mari et ses parents, elle leur raconte l'histoire et se poignarde devant eux.

A l'appel de Brutus, lui-même parent de Lucrèce, les Romains se soulèvent, chassent Tarquin le Superbe et instaurent la république.
Selon le choix du moment représenté, l'histoire de Lucrèce peut célébrer l'héroisme de la vertu outragée, la fierté des hommes dressés contre la tyrannie ou la détresse de la femme violentée. 

C'est ce dernier parti que Hutin a choisi. 
Il met face à face l'homme et la femme en accusant l'expression de la brutalité chez I'un et du désespoir chez l'autre. Le manteau rouge de Tarquin se détache dans la pénombre livide de la chambre; une lumière froide tombant sur le corps de Lucrèce accentue le climat dramatique de la scène. L'effet de cauchemar est amplifié par les draperies qui se convulsent, ce qui permet à l'artiste de faire oublier quelques incohérences dans sa composition, car on ne comprend pas dans quel sens se place le lit de Lucrèce ni d'où a surgi son agresseur.

 

 

Présentation de l'œuvre

Artiste
Charles François HUTIN
Date

entre 1750 et 1760

Siècle
XVIIIe siècle

Caractéristiques

Matières

H 1.410 ; L : 1.690

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

23639

Musée d'accueil
Musée Calvet
Provenance

Don Puech à la Fondation Calvet 1986

Bibliographie et expositions

Bibliographie

La peinture française du XVIème au XVIIIème siècle 
Par Georges Brunel, édition Silvana Editoriale, Milano, 2015.

À découvrir aussi

.

Vue des thermes de Cluny avec un dessinateur assis

Charles-Marie BOUTON (Attribué à)
1835
.

Le songe de saint Joseph

Pierre PARROCEL
.

Ulysse et les Sirènes

Nicolas MIGNARD
.

Vue d'Avignon en 1700

Robert BONNART
1700