/sites/default/files/images_oeuvres/2024-02/a4.jpg

Stèle d'Ourkhiya, général intendant du Ramesseum

Sculptée à l'époque de RAMSÉS Il pour l'intendant du Ramesséum, IOUREKHY, cette stèle en calcaire blanc où subsistent quelques traces de polychromie, présente des éléments I'encadrement et la corniche qui la rattachent au type des fausses-portes. La corniche n'est pourtant pas décorée des habituelles palmettes mais d'une adoration au soleil levant par deux hamadryas et deux oiseaux-ba, thème fréquemment évoqué à l'époque ramesside et expliqué par les chapitres 15 et 16 du Livre des Morts, et également gravé sur une autre stèle d'IOUREKHY.

Deux formules d'offrandes couvrent le champ de l'encadrement. La première, à droite, supplie Osiris d'accorder au scribe royal et intendant du temple d'Amon, IOUREKHY, "d'aller et venir dans l'empire des morts, pour toujours et à jamais"... tandis que la seconde prie "Re Horakhty, dieu grand et seigneur du ciel, d'accorder toute(s)chose(s) et pure(s) consistant en pain, bière, gâteaux, viandes et volailles au ka de l'Osiris, la maîtresse de maison, la chanteuse d'Amon, la grande chanteuse d'Hathor, TOUY, défunte" 

Les deux personnages, représentés sur le registre supérieur du tableau, situé légèrement en retrait, ont revêtu, selon la mode de l'époque, un grand pagne à devanteau plissé pour IOUREKHY et une longue robe souple à larges manches plissées pour TOUY; ils se prosternent devant Osiris et Isis, en sa qualité de grande chanteuse d'Hathor, TOUY agite le sistre-sekhem. Une inscription gravée au-dessus du défunt donne le sens de la scène: "Donner des adorations à ton ka, Osiris, chef de I'Occident, afin qu'il donne la durée agréable et bonne dans I'empire des morts, au ka de l'Osiris, I'intendant du Ramesséum IOUREKHY, défunt"
Devant Osiris, représenté et coiffé de façon traditionnelle, se dressent une grande fleur de lotus bleu et les figures des quatre fils d'Horus. 

Au registre inférieur, à nouveau le défunt et sa femme, assis sur des chaises à haut dossier pieds reposant sur une petite estrade. Représenté dans la gaine momiforme, IOUREKHY tient les symboles de stabilité (djed) et de la vie lânkh), tout en respirant le parfum d'une fleur de lotus. 
Il porte la perruque "à revers", surmontée, comme l'est celle, tripartite, de TOUY, d'un cône de graisse parfumé; il reçoit des offrandes d'un prêtre-sem représenté dans son rôle sacerdotal, vêtu d'une peau de léopard. Ce même officiant présente, à gauche, l'encensoir et le vase à libation à TOUY; Son lien de parenté avec le défunt, s'il existe, n'est pas indiqué. 

Cependant, il doit être un proche puisque la dernière ligne de texte mentionne que la stèle a été sculptée par ses soins: "Fait par le prêtre-ouâb et prêtre lecteur, le serviteur qui est utile à son maître, le scribe PEHEF-EM-NEFER". On connaît IOUREKHY par d'autres documents: trois stèles dispersées entre Paris, Lyon, Birmingham et un pilier-djed conservé au Musée du Caire nous précisent ses titres. Celui "d'intendant'" ou de "Grand intendant du Ramesséum le chargeait de la gestion des propriétés du temple thébain construit par Ramsès I. Son fils IOUPA exercera également cette responsabilité, associée à celle de "Grand intendant du Roi"; il arrivait en effet que ces deux charges fussent confiées au même personnage ; et selon K.A. Kitchen, il n'est pas impossible que cette double fonction échut aussi à IOUREKHY. Par ailleurs, IOUREKHY avait été élevé à la dignité "d'intendant du seigneur du double pays" "d' intendant du temple d'Amon et surtout à celle de "Généralissime".

C de CH

Caractéristiques

Matières

calcaire 

H : 85.5 cm ; I : 49 cm ép : 13 cm

Données spécifiques

Numéro d'inventaire

A4

Musée d'accueil
Musée Lapidaire
Provenance

Achat de la Fondation Calvet à Perrot en 1851

Bibliographie et expositions

Bibliographie

EGYPTE ET PROVENCE

À découvrir aussi

.

Stèle de SOKARY-HOTEP, voyage retour

.

Stèle de Sarénéret et Iky

Fin du Moyen Empire, fin de la XIIe - début de la XIlIe dynastie (v. 1850-1740 av. J.-C)
.

Stèle d'Horus sur les crocodiles

.

Fragment de la peinture murale de la tombe de Nebamon

XVIIIe Dynastie , Amenhotep III, vers 1390-1352 avant J.-C